artists: a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

question de survie lyrics – soul swing

[couplet 1 : def bond]
aurais-je un jour pensé tremper
me trouver divisé entre mon job et l’image de mes deux filles qui m’attendent le soir
le bec ouvert où commence mon rôle de père
à dire oui à mon patron quoi qu’il me dise pour être sur de garder ma place dans l’entreprise
la crise se saurait si je m’endormais sur mon salaire d’ouvrier non j’ai chouré
j’joue pas le coup du grand luxe crois moi viens chez moi et tu verras dans quoi je vis mon gars
j’en avais -ssez du [xxx] d’éthique dans ma tête pour une solution concrète
cette nuit comme souvent j’arrondis les fins du mois en prenant partie au jeu dangereux de livrer dans la discrétion
un paquet pour une somme raisonnable d’argent
je marche dans la ville pas tranquille
au fond de moi le sentiment qu’on me piste pour ça
entre deux lampadaires dans un morceau d’ombre je me retourne
un bruit ? non je me trompe
j’ai moins d’une demie-heure devant moi
pas d’soucis en plus c’est pas la première fois
le vent de la mer court dans les rues de m-rs-ille
humide et moite comme mes mains
pour une mission substantielle dont je ne connait pas encore la fin
j’ai croisé au moins une dizaine de flics depuis mon départ c’est chaud ce soir je m’applique
faut bien comprendre que j’ai pas tellement le choix
c’est ça ou moi et ma famille on s’en sort pas
jusqu’à la prochaine fois j’oublierai cette soirée tiens voilà l’paquet

[refrain]
mon job de nuit c’est une question de survie
si j’ai un job de nuit c’est une question de survie
mon job de nuit c’est une question de survie
si j’ai un job de nuit c’est une question de survie
[couplet 2 : faf larage]
j’aurais surtout voulu éviter d’en arriver là
chaque fois que j’ai ce paquet dans les mains c’est tard
mes nerfs sont torturés à tous les coins de boulevard
regard de flic suffit à me rapprocher du placard
je m’en care c’est faux mais je fais comme si
je trace tout seul dans la ville et personne ne m’ennuie
8 francs pour le bus avant d’être tranquille
éviter les contrôles et les fouilles hâtives
tiens justement sous mes yeux un barrage musclé
que cherchent-ils une bombe ou des arabes à coffrer
une affaire qui justifie le rôle de la police
on ne parle plus de bavure mais de contrôle de routine
ça ne m’arrange pas pour accomplir ma tâche
si je n’le faisait pas un autre y serait à ma place
je ne fais rien de mal seulement toucher un peu de cash
je travaille 5 000 balles ne me suffisent pas
tout augmente j’ai largué ma caisse (nouveau dans le business)
j’espère que je parviendrai à liquider mes têtes
c’est la misère qui m’a poussé à p-sser de l’autre côté
j’ai rien cherché mais c’est la rue ou le loyer payé
aucun choix et c’est ça le pire maintenant je respire à peine alors je pose pas d’questions lorsqu’ils me paient
déjà qu’ma vie se résume au boulot
mon patron un proxo prêt à me faire crever pour lui
quand j’vois avec quoi il roule et comme il pleure pour me lâcher un acompte pour ma bouffe
je n’en finit pas d’payer impôts loyer électricité tva mon vier
et si je dois fermer ma gueule ok
mais s’il y a du biz le soir je n’peux pas m’en priver
prochain arrêt je laisse le paquet sur le siège à côté
un autre pauvre type viendra le réceptionner
c’est illégal sans risque et j’-ssure ma survie
de plus le licenciement me guette mais j’ai un nouveau job de nuit
c’est ma vie
c’est une question de survie

- soul swing