artists: a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

que du vent (qdv) lyrics – drflashin

[intro]
des sourires, des visages, plein de comp-ssions
des fous rires, c’est si sages, ces gosse pleins d’p-ssions
mais n’oublie pas les mirages p-ssent vite à l’action
j’vais mourir tomber si bas, ça c’est inévitable

[couplet 1]
gamine fait pas genre, je vais pas t’manquer
a chaque fin d’année scolaire ils inventent un déchirement
vous avez crée une, forme d’amitié carencée
en cette forme là il manque un truc, truc qui nous rend vivant
où sont les ressentis derrière ces belles paroles t’a vu ?
vous faites grave tièp, moi grosse j’-ssume, j’ai pas m-sse potes mais moi j’-ssure
je les revoient plus tard si j’aime, pas juste si ils me sont utiles bordel
vos agendas, deviennent un peu comme ceux du star system
chaque bon-sse est une rose à mille épines genre
les apparences sont trompeuses, demande à mélisandre
il faut faire bonne impression, les gens s’en foutent d’qui t’es
si t’as pas trop la cl-sse, t’es pas très bien côté
toute cette merde pour des li-sses, j’crois qu’on p-sse à côté
de l’essentiel, coup d’shl-ss, s’tu sais pas accoster
moi je fuis toutes ces pét-sses, pourtant comme un queutard
une meuf de cette caste, m’a eu puis m’a quitté
[refrain]
les gens ne se fient qu’aux apparences
mais c’est pas à moi de m’adapter
ils souffrent tous de ces graves carences
sauf les meilleurs sauf les âmes d-mnés
j’y y ait cédé mais pas par malchance
c’était ma faute j’n’avais pas la paix
populaire avec trois pas d’dance
le vrai talent se fait kalasher

[couplet 2]
je te parle encore de la même, tu sais ce genre de naïve
au final, bien content, genre qu’elle sorte de ma vie
parce que, les inconscientes, j’en ai marre, putain
c’était pas plein d’bon sens, et pas ma faute, putain
les otakus j’en ai soupé, ses lubies m’ont dégoutté, c’est lourd
elle n’écoutait pas mes couplets, et puis elle se résume vite
absence de culture, en trois mots sa vie est déroulée
alors f-ck ses trucs kawais, superficiels, et tout prêts
putain, il faut me calmer là j’mégare et par mégarde j’étale
ma haine sur les saletés de f-gs malsaines
mais en même temps j’en ai marre, là j’saigne
gamine, il faut pas lui en vouloir, allez j’trace, ah merde
seul, pas mal accompagné, de mes soss, mais seul
mais c’est mieux, d’être patient, que de vite perdre l’attrait
pour ces pt-tes merdes pas très mûre, il m’en reste -ssez du temps
cette relation comme le reste, j’en suis sûr, c’était du vent

[refrain]
les gens ne se fient qu’aux apparences
mais c’est pas à moi de m’adapter
ils souffrent tous de ces graves carences
sauf les meilleurs sauf les âmes d-mnés
j’y y ait cédé et pas par malchance
c’était ma faute j’n’avais pas la paix
populaire avec trois pas d’danse
le vrai talent se fait kalasher

[couplet 3]
consomme la vie des gens dans le but de tromper l’ennui
sur periscope ou snapchat, ces trucs c’est vite dope
c’est grave naïf, de penser que ça fait rien d’mal
t’es rien qu’une coquille vide, qu’est bonne qu’à avoir des envies
l’industrie s’est infiltré jusque dans l’amour qui meurt
l’amour ? je l’ai swapé vers la gauche sur tinder
on s’met a s’consommer, on s’en cache même plus
juge sur une tof, si elle te ment, plus que ta main pour te consoler
les vlogs et les défis, les connes et les débiles
dégustation c’est qu’une action pas taffée pas réfléchie
rêve de défiler, les potes on coule, c’est pas terrible
on s’autosuce à s’en acheter une perche à selfie
et c’est pas très joli, moi j’ai la haine aussi
je déblatère des phases belles quand terre à terre j’peaufine
et j’ai la gerbe homy, j’observe ça et j’cogite
ces bombes ont beau avoir des mèches elles sont pas explosives

moi j’f-ck les apparences, c’est juste des carapaces
t’es pas normal : ces gars t’attaquent, ça crée des graves carences
j’stigmatise ces merdes, leurs vies plastique sont plates
et ils sont dos au murs, en bref ces types s’affichent

[outro]
les sourires sages, c’est que du vent
les fous rires barges, c’est que du vent
j’crois que j’ai pris d’l’âge, que du vent que du vent
j’vois que des mirages, que du vent que du vent

- drflashin